RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 5
(2 votes)
Dans une clinique très spéciale, des infirmières, dirigées par leur supérieur Ilsa, s'ennuient. Elles n'ont plus aucune envie et sont frustrées sexuellement. Pour retrouver la joie de vivre, elles se droguent et s'amusent à exterminer les patients ou les visiteurs qui passent un peu trop près de leur lieu de travail…



Houlala ! Alors là, attention, c'est du lourd ! Je comprends mieux pourquoi la Troma et son fou de dirigeant Lloyd Kaufman a voulu acquérir ce film pour le mettre dans son catalogue. "Maniac Nurses Find Ecstasy" est un film ovni, un truc de dingue à réserver uniquement aux personnes aimant les films shootés à la cocaïne et qui n'ont pas vraiment de sens ni de but précis. C'est une expérience un peu à part qui pourra vous faire soit sourire, rire, halluciner, écarquiller les yeux, soit vous atterrer, vous demander comment on peut réaliser des daubes pareilles, hurler que le réalisateur doit être enfermé afin de l'empêcher de faire de nouveaux films. Ou tout ça en même temps. Ca laisse rêveur non ?

Ca démarre sur les chapeaux de roues (enfin, façon de parler hein…) avec le générique qui nous balance un "dédicacé à Ilonna Staller, Jeff Koonz et Traci Lords". Bon, pour ceux qui ne sont pas pervers comme moi, sachez qu'Ilonna Staller est le vrai nom de la Cicciolina, plantureuse italienne ex-star du X et femme politique (elle avait même proposé à Saddam Hussein et Ben Laden de passer une nuit avec eux pour ramener la paix après les événements de 2001 !) et que Traci Lords était la plus grande star du X américain que le monde ait connu et que votre rédacteur préféré chez Horreur.com, c'est à dire moi, en est l'un des plus fervents admirateurs depuis qu'il a douze ans. Bref, une entrée en matière assez rigolote, normal pour un film belge me direz-vous.

Ca continue de plus belle avec la suite du générique qui nous dévoile le nom des personnages principaux. Et là, on apprend que parmi les infirmières, il y en a une qui s'appelle Ilsa et une autre Greta ! Oh, mais c'est qu'il connaît ses classiques ce Léon Paul de Bruyn ! Un petit hommage à Dyanne Thorne d'entrée de jeu, ça suffit pour nous titiller les neurones (et autre chose aussi…). Je sens qu'on va le savourer ce film !

Rassurez-vous, je ne vais pas vous raconter tout le film mais sachez que si vous êtes amateurs de jolies filles en tenue sexy, portant de la lingerie, ce film est aussi fait pour vous. Parce que, on ne sait pas trop pourquoi, mais ça ne nous dérange pas du tout, toutes les infirmières se promènent dans et hors de la clinique en lingerie sexy. Et tiennent toutes des armes à gros calibres dans leurs mains. L'imagerie de la femme fatale, ça doit plaire à Léon Paul de Bruyn ! A moins que ce ne soit un hommage à Russ Meyer ?

On a donc pleins de nanas en lingerie qui nous montrent parfois leurs seins, les coquines, et qui portent des gros flingues mais à part ça ?

Ben le reste du film est bourré de défauts mais en fonction de votre état ou de votre capacité à apprécier ce genre de films, ça peut devenir des qualités. Certains le qualifient même de film culte, c'est pour dire.

On se retrouve donc avec des acteurs et des actrices dont le niveau de jeu ne satisferait même pas AB Productions qui ne les engagerait pour rien au monde dans "Hélène et les Garçons 2", vous voyez le genre. On a aussi un rythme peu soutenu mais personnellement, je ne me suis pas ennuyé. On a quelques effets gores fabriqués avec un budget de moins de cinq euros (ah ces pieds sectionnés avec du fil coupant ! Quelle rigolade ! Le Peter Jackson de la première heure doit les adorer tout comme les explosions de tête qui rappellent son fameux "Bad Taste", en moins réussies quand même !), une infirmière du nom de Sabrina, jolie blonde totalement inexpressive durant toute la durée du film, qui passe son temps à lire des bandes dessinées sur des mercenaires. Elle est jalousée par Greta, autre tortionnaire toujours vêtue en treillis et qui adore fouetter ses victimes masculines ou féminines. On a une partie de chasse à l'homme avec des campeurs qui est à mourir de rire tellement c'est mou. On se rappellera longtemps (ou on oubliera très vite, à voir…) cette victime qui se cache DEVANT un arbre et qui attend que sa tortionnaire soit à moins d'un mètre d'elle pour enfin s'enfuir en courant ! Mortel !

On a surtout une voix-off qui nous décrit ce qu'on voit à l'écran et également le pourquoi du comportement de ces infirmières, nous expliquant qu'elles font partie de la race blanche et que leurs frustrations sexuelles les conduisent à commettre des actes horribles. Cette voix-off nous rappelle certains films d'Ed Wood ou, pour les connaisseurs, la fameuse série des Olga ("Whites Slaves of Chinatown", "Olga's Girls" et "Olga's House of Shame"). En plus de cette voix-off, viennent s'incruster à l'écran des mots ou des phrases venant corroborer les propos de ladite voix-off ! Le plus étrange étant cette spirale multicolore se juxtaposant sur le strip-tease d'une des infirmières pendant que les autres la regarde. C'est assez hallucinant comme résultat à l'écran ! N'oublions pas cette scène où un jeune campeur voit se dévêtir devant lui la directrice Ilsa qui lui enverra du plomb dans le ventre après l'avoir consommé en disant "il est mort en homme !" Impayable !

Quoi d'autre encore ? Ah oui, une fameuse séquence d'opération assez gore même si on devine les trucages à cent mètres !

Personnellement, étant bon public, j'ai trouvé ce film hautement sympathique ! C'est un pur nanar qui divisera les foules, ça c'est sûr ! Un grand n'importe quoi, mal joué, sans grand intérêt, mais qui, dans sa catégorie, peut s'avérer une perle pour les amateurs de films très spéciaux. Les autres passeront leur chemin sans hésiter ou s'endormiront devant ! Mais honnêtement, comparé à des films comme "Néon Maniacs" ou "Black Roses", ce "Maniac Nurses Find Ecstasy" a au moins pour lui de ne pas se prendre au sérieux et m'a fait passer un moment agréable sans prise de tête !

Ah oui, dernière précision, vous ne verrez pas dans le film les deux infirmières ultra sexy qui ornent la jaquette du DVD du film, édité en France. Mais rassurez-vous, y'en a tout un paquet d'autres !

Tentez donc votre chance, mais à vos risques et périls ! Et peut-être viendrez-vous grossir la horde de fans (pas sûr qu'ils soient si nombreux que ça…) du film de Léon Paul de Bruyn qui récidiva quelques années plus tard avec le très bon "Parts of the Family" édité chez Uncut Movies !