RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Mickey Rose

Scénariste
Mickey Rose

Date de sortie
1981

Genre
parodie horrifique

Tagline


Cast
Kristen Riter
Matthew Goldsby
Richard Belzer
Joe Flood
Joe Talarowski
Mimi Weddell


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Gene Hobson

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3
(2 votes)
Un tueur fou, ressemblant à un Jason asthmatique, se met à tuer les jeunes d'un lycée avec un trombone et des gants verts.



L'art de la parodie horrifique est une chose délicate. Trouver le bon dosage permettant aux spectateurs putatifs de ne pas s'ennuyer, de sourire, voire de rire en leur distillant de-ci de-là des clins d'oeil immédiatement reconnaissables à des films représentatifs du genre, tel est la recette du succès.
Pour quelques grandes réussites comme "Le bal des vampires", "Frankenstein Junior", le court "The Horribly Slow Murderer with the Extremely Inefficient Weapon" ou encore l'hilarante parodie ouvrant "La cité de la peur" de feu Les Nuls, on a une flopée de long-métrages oscillant entre le moyen et le lamentable.

Evidemment ces dernières années, la série des "Scary Movie" a remis au goût du jour ce type de productions. Avec plus ou moins (plutôt moins d'ailleurs) de bonheur.
Toujours est-il que ce "13 morts ½" se révèle n'être ni plus ni moins qu'un "Scary Movie" avant l'heure. Le début des années 80 fut d'ailleurs fécond dans le genre avec des titres comme le déplorable "Saturday the 14th" ou le sympathique "Hysterical".



Pullulant en ce début de décennie tels des arapèdes sur un rocher, par la grâce des succès colossaux tels que "La nuit des masques" et "Vendredi 13", le slasher-movies envahit les salles de cinéma. Normal donc que certains petits malins tentent d'en recueillir les fruits. Sauf qu'ici les fruits sont gâtés pour ne pas dire pourris.

Avant de le pourfendre avec une belle ignominie, on se doit de signaler que le premier quart d'heure fait illusion.
Situant son action le jour de l'anniversaire de Jamie Lee Curtis (l'héroïne du Halloween primordial), on entre dans une maison où une jeune et jolie jeune fille reçoit des coups de téléphone d'un tueur fou de la même façon que dans l'introduction de "Scream".
Le tueur respire comme un asthmatique, porte des gants de vaisselle en caoutchouc vert, choisit un trombone comme arme du crime, met un temps considérable à monter des escaliers qui n'en finissent pas, tout en étant ralenti par des morceaux de chewing-gum collés sur l'escalier et sur sa rampe. La jeune fille ayant, entre-temps, retrouvé à l'étage son copain pour une partie de jambes en l'air.
Immense tension donc (sic) qui s'achèvera par la mort des deux comparses découverts par les parents de la donzelle dans des sacs poubelles (les comparses, pas les parents).
La réalisation ponctuera, dès lors, chaque mort de l'annonce en surimpression du nombre de cadavres et d'annotations qui se veulent drolatiques sur les erreurs commises par les futures victimes (du genre "porte non verrouillée", "Erreur de venir dans cet endroit").



Cela pourra faire légèrement sourire et rappellera combien ce type de film comporte souvent d'énormes ficelles scénaristiques. Sauf qu'à partir de là le film s'essouffle en même temps que le tueur.

Le reste sera un long calvaire permettant de partager le monde en deux camps. Ceux qui iront au bout des 84 minutes et ceux qui n'en auront pas la force. Et il en faudra bien plus qu'à un chevalier Jedi, de la force, pour se farcir le fatras d'âneries, de tentatives forcées de faire rire qui pullulent dans ce long-métrage.

Gags éculés, lourds comme des parpaings moldaves (les plus solides du monde). Blagues synthétisant à merveille ceux des Charlots et des pires Police Academy (des préservatifs pour gonfler la poitrine, un punch qui a une drôle de couleur vu qu'un homme a fait pipi dedans, ce genre-là quoi...). Acteurs et actrices sans talents perceptibles même avec plusieurs grammes d'alcool dans le sang. Mise en scène ( la seule de son auteur, remercions donc Dieu pour son infinie clémence) que l'on qualifiera de fonctionnelle pour rester dans le politiquement correct. Si on ajoute à cela une piètre qualité d'image due à la vision sur support VHS et un doublage abyssale de nullité ; on finit le film dans la position du grand-père Simpson lorsqu'il s'endort... avec de la bave s'écoulant lentement de la commissure des lèvres devant tant de bêtises.



Même avec la plus grande nostalgie, on ne saurait prétendre que ce "13 morts ½" fut hilarant en 1981, que l'on se rassure il ne l'est pas davantage trente ans plus tard.

Si comme l'écrivit Platon "Post mortem, nihil est" , à savoir qu'après la mort il n'y a rien, on pourra conclure qu'après ce film il n'y a pas grand-chose non plus.

Amen

Inédit en DVD dans nos contrées. Mille mercis aux éditeurs...




Dans le meme genre :

SCARY MOVIE
SCARY MOVIE 2


Du même réalisateur :