RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Auteur
Reuben Reeves

Editeur
Lubric-à-brac productions

Date de sortie
2017

Nombre de pages
100

Langue
français

Couleur
Non



Votre note: -
Moyenne: 4
(2 votes)


Rick est clochard, il habite dans une station de métro. Se réveillant, vomissant un peu du vin qui est sa seule nourriture, il se retrouve face à la patrouille de police qui essaie toujours de le déloger et lui mène la vie dure. C’est alors qu’il les vit… ou plutôt, qu’il vit ce qui en restait : quelques membres épars, déchiquetés, à moitié rongés, des os cassés, saillants de plaies béantes, des lambeaux d’uniformes maculés de sang et, face à lui, le fixant d’un air incrédule, paraissant encore plus con que lorsqu’il était toujours vivant et s’amusait à le chicaner du bout de sa matraque dure, froide et brillante : la tête arrachée du plus fumier de toute l’équipe, l’odieux appointé Schaffner. Dans les tunnels du métro, Rick va faire d’autres épouvantables découvertes. Que se passe-t-il ? Est-il en train de faire un cauchemar ? Ne supporte-t-il plus le mauvais vin rouge ? A-t-il succombé au delirium tremens ?

L'AVIS

En 1985, la collection "GORE" a enflammé la passion des fans de littérature populaire mêlant gore, sexe et monstres en tout genre. Arrêtée en 1989/1990, cette défunte collection fût suivie par la collection "MANIAC" qui ne comptabilisa que 8 titres. Ensuite, plus rien à se mettre sous la dent jusqu'en 2013, année qui vit le jour de l'excellente collection "TRASH" et de ses 20 titres à même de combler les attentes des fans. Malheureusement, fin 2017, "TRASH" n'est plus. Mais une bonne nouvelle a succédé à cette mauvaise nouvelle et elle nous vient de Suisse ! Un éditeur, Patrick Morier-Genoud a créé sa société prénommée LUBRIC-A-BRAC PRODUCTIONS et vient prendre le relais dans l'univers de la littérature de mauvais genre, avec une sortie de 4 titres dans une collection baptisée "PULPE", en attendant les suivants si le succès est au rendez-vous !

Le premier numéro se nomme Tripes et boyaux dans le métro ! Tout un programme, illustré de manière attrayante par Julien Käser. Pourvu d'un format plus petit qu'un livre de poche et de 100 pages, ce premier titre a tout pour séduire.

L'histoire proposée nous fait suivre les mésaventures de Rick, un monsieur tout le monde qui a vu son monde être chamboulé par un licenciement inattendu, par le départ de sa femme qui a préféré les bras de son supérieur hiérarchique et par la perte de toutes ses économies suite à de mauvais placements en bourse. Devenu clochard sans le sou, il erre dans le métro, buvant plus qu'il ne mange, essayant de rester en vie et d’échapper aux patrouilles de police venant le déloger régulièrement. Mais le pire reste à venir.

Si vous avez déjà lu la nouvelle "Midnight Meat Train" de Clive Barker (ou vu son excellente adaptation par Ryuhei Kitamura), vous savez que le métro n'est pas un endroit sûr, surtout quand des extraterrestres belliqueux y ont élu domicile. Ca semble être également le cas dans "Tripes et boyaux dans le métro" puisque notre pauvre Rick va découvrir un véritable carnage dans diverses stations, avant de voir l'apparence des responsables de ces massacres. Et les créatures qu'il aperçoit n'ont rien d'humain et semblent provenir d'une autre planète. Ce qui est sûr, c'est qu'il doit leur échapper à tout prix s'il ne veut pas finir en petit morceau.

"Tripes et boyaux dans le métro" se veut être un survival urbain plein de rage et de fureur. Celle du personnage principal tout d'abord, un écorché vif qui a donc tout perdu et en veux à la terre entière mais surtout aux flics. Celle des créatures ensuite, véritables monstres cannibales à l'aspect repoussant qui n’hésitent pas à déchiqueter tout ce qui passe devant eux, ce qui nous vaut de jolies descriptions bien gore qui enchanteront les amateurs de barbaques et de tripailles.

L'histoire se suit sans ennui aucun, on a hâte de savoir qu'est-ce qui a pu commettre de telles atrocités dans le métro, et, surtout, de voir comment notre anti-héros, somme toute sympathique, va se sortir de cette situation qui semble bien désespérée.

Une bonne entrée en matière en tout cas pour cette nouvelle collection, qui promet des histoires de sexe et de sang dans divers univers, tels le western, le polar, l'horreur, l'historique, la science-fiction.

Bravo à l'éditeur en tout cas !

-> http://lubric-a-brac.ch/

4/6 - Stéphane Erbisti