RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Freddie Francis

Scénariste
Herman Cohen, Aben Kandel

Date de sortie
1974

Genre
tueurs fous

Tagline


Cast
Jack Palance
Diana Dors
Julie Ege
Martin Potter
Edith Evans


Pays
Angleterre

Production


Musique
John Scott

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3
(1 vote)
Neal Mottram est antiquaire. Son commerce ne marchant pas très bien, il se livre à des rituels de magie noire, vénérant une divinité africaine du nom de Chuku dont il possède une représentation en bois dans son sous-sol. Afin que celle-ci lui apporte protection et richesse, il décide de lui faire des offrandes bien particulières et se met à assassiner des gens en guise de sacrifices humains. Petit à petit, la santé mentale de Neal Mottram vacille et il s'enfonce de plus en plus dans la folie, persuadé d'être possédé par l'esprit de Chuku. La police, alertée par ces meurtres inquiétants, mène l'enquête...



L'AVIS :

Le réalisateur britannique Freddie Francis, qui fut un excellent chef opérateur et directeur de la photographie, est bien connu des fans de cinéma d'épouvante made in UK puisqu'il travailla pour la célèbre firme Hammer Films mais aussi pour les firmes concurrentes, à savoir la Amicus, la Tyburn ou la Tigon par exemple et ce, durant les décennies 60 et 70. S'il n'est pas l'égal d'un Terence Fisher, ses films sont tout de même appréciés des amateurs et parmi ses plus célèbres réalisations, on peut citer des titres emblématiques comme Paranoïaque, Meurtre par procuration, L'Empreinte de Frankenstein, Le Jardin des Tortures ou Dracula et les Femmes par exemple. Il est également célèbre pour ses sympathiques films à sketchs Histoires d'Outre-tombe et Le Train des épouvantes. Le Docteur et les Assassins, l'un de ses tout dernier film réalisé en 1985, a également connu un joli succès auprès du public. En 1974, on le retrouve derrière la caméra pour ce curieux film baptisé en France Un Tueur sous Influence.



L'habitué des œuvres de Freddie Francis sera sûrement étonné à la vision du film car on ne retrouve guère la patte de son réalisateur : photographie terne et mise en scène assez quelconque donnent à Un Tueur sous Influence un aspect très téléfilm, manquant vraiment d'ampleur. Autre surprise, celle de trouver Jack Palance dans le rôle principal. Enfin, semi-surprise car l'acteur a eu son lot de méchants personnages à interpréter au cours de sa carrière. Ici, il joue le rôle d'un antiquaire totalement cinglé, qui voue un culte à une divinité africaine. Le film démarre d'ailleurs par une cérémonie cultiste, avec Palance habillé en maître de cérémonie et ses disciples à ses pieds. Il demandera à une femme dévêtue de danser devant l'idole de bois représentant la divinité Chuku puis de verser son sang en offrande. Une séquence introductive qui met le spectateur dans une bonne ambiance, la divinité en bois ayant un look assez inquiétant il faut bien le reconnaître. La suite sera de facture bien plus classique, tirant le film vers le genre du thriller, tout en flirtant avec le fantastique puisqu'on en arrive à se demander si le personnage joué par Jack Palance est simplement fou à lier ou s'il subit une sorte de possession de sa divinité Chuku, ce qui pourrait être le cas, notamment lors d'une séquence où le visage de l'idole en bois se superpose sur le visage de l'acteur.



Sur un rythme peu entraînant, Palance va multiplier les meurtres, persuadé que ces sacrifices humains vont lui apporter gloire et richesse. Il se mettra en quête de victimes potentiels, traînant dans les bars à la recherche de jeunes femmes seules (l'une de ses premières victimes sera jouée par la mignonne Julie Ege, blondinette sexy vue dans le Creatures the World Forgot de Don Chaffey en 1971 ou dans Les Sept Vampires d'Or de Roy Ward Baker en 1974. La folie de l'antiquaire ne devant jamais connaître de répit, parlant de Chuku comme si elle existait réellement, il passera à la vitesse supérieure en allant carrément assassiner sa vieille tante pour s'accaparer son héritage ! Une séquence assez réussie, dans laquelle, portant un masque africain effrayant, il va provoquer une frayeur mortelle à la pauvre vieille dame, avant de lui planter un pieu dans la gorge ! Les amateurs apprécieront de voir Jack Palance cabotiner comme jamais, à grand renfort de sourire forcé ou de regard appuyé. Pas sûr qu'il sorte grandit d'une telle prestation mais ce jeu un peu théâtral donne un certain intérêt au film, qui aurait sûrement sombré dans un relatif oubli si l'acteur principal avait été un parfait inconnu. La scène finale, où il tourne sur lui-même, armé d'une hachette, tel Leatherface et sa tronçonneuse dans le final de Massacre à la Tronçonneuse, vaut son pesant de cacahuètes.



Pour donner un peu de suspense au film, les scénaristes ont bien sûr fait intervenir la police et notre antiquaire psychopathe va devoir se montrer plus malin que les enquêteurs afin de ne pas se faire prendre la main dans le sac, de gros soupçons pesant sur sa personne. Toute la partie avec les inspecteurs ralentit encore le rythme du film, qui n'ennuie pas vraiment en fait et qui se laisse regarder tranquillement. Rien d'extraordinaire, c'est sûr mais comme souvent dans les productions anglaises de ce genre, on y trouve toujours un petit quelque chose qui fait qu'on prend un certain plaisir à les visionner. Même si le film n'est pas très violent, Il y a de petites effusions de sang de temps à autre, ce qui n'est pas pour me déplaire. Un Tueur sous Influence n'est donc pas un grand film de Freddie Francis mais ce mélange de thriller et de film de magie noire reste à découvrir pour les fans de Jack Palance avant tout mais aussi pour ceux qui aiment se détendre au gré d'une petite série B sans prétention autre que celle de divertir.

Disponible en DVD en VOSTA chez NUCLEUS FILMS