RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 3
(1 vote)
Pour se faire accepter dans la confrérie de leur campus, deux adolescents, AJ et Keith, ont pour mission de trouver pour le soir même une strip-teaseuse professionnelle. Aider par Duncan, un élève riche mais qui n’a pas d’amis, ils vont arpenter les rues de la ville pour trouver le club coquin qui pourra répondre à leurs attentes. Après avoir essuyer un début de bagarre avec un gang, ils se retrouvent à l’intérieur de l’After Dark Club, qui n’est pas avare en jolies danseuses dénudées. Pendant que Keith se fait draguer par Allison, une jolie serveuse, AJ tombe sous le charme du numéro de Katrina et décide d’aller la retrouver dans sa loge. Malheureusement pour lui, Katrina est une reine vampire. Pour AJ, Keith et Duncan, la nuit va être longue…



L'AVIS :

Les années 80 ont vu un retour en force des suceurs de sang et une modernisation des histoires les mettant en scène, avec des films tels "Les prédateurs", "Génération perdue", "Vampire, vous avez dit vampire ?" et sa suite, "Aux frontières de l’aube" ou bien ce "Vamp" réalisé en 1986 par Richard Wenk. Rescapé d’un tournage assez chaotique durant lequel l’équipe technique et le casting ont subi moult désagréments, "Vamp" est une comédie fantastique pas vraiment réussie mais qui n’est pas dénuée d’intérêt pour autant.



Déjà, l’acteur qui interprète AJ n’est autre que le sympathique Robert Rusler, qu’on a pu voir dans "La revanche de Freddy" l’année précédente. Ensuite, la jolie Allison est jouée par la ravissante Dedee Pfeiffer, petite sœur de la Michelle du même nom, et elle apporte un charme non négligeable à l’ensemble. La vedette de Vamp reste Grace Jones bien sûr, célèbre chanteuse qu’on a pu voir en tant qu’actrice dans "Conan le destructeur" ou "Dangereusement vôtre" entre autres.



Dans le film qui nous intéresse ici, elle joue une reine vampire qui dirige d’une main de fer un club de strip-tease lui permettant d’avoir des proies assez facilement. Elle nous offre un numéro de danse dans un style très art-déco qui était certainement d’une vraie modernité à l’époque de la sortie du film mais qui semble bien daté revu à notre époque. Pour l’anecdote, le maquillage de son visage pour ce show, tout en blanc, est un hommage à celui que portait Daryl Hannah dans "Blade Runner".



Avec un rythme pas vraiment soutenu, Vamp peine à rivaliser avec les autres comédie fantastique sorties dans les années 80, la faute à un humour assez balourd et des effets de maquillages assez grossiers. Je ne sais pas qui a choisi les prothèses dentaires pour les vampires mais je les trouve bien trop grosses et pour ma part, ça rend l’apparence de nos amis suceurs de sang limite ridicule (on me dit que je peux retirer le « limite » dans l’oreillette). L’érotisme auquel on pouvait s’attendre vu le lieu principal de l’action est lui aussi des plus anodins, seule une danseuse nous offrira la vision de ses seins ! On a affaire à des strip-teaseuses plutôt prudes je trouve ! Après, Vamp se laisse gentiment regarder mais ne laissera pas d’empreinte indélébile chez l’amateur du genre. Le film n’a rien d’exceptionnel et on espérait mieux de cette « nouvelle race de vampires » comme le clame l’affiche française.

Disponible en combo DVD + BR chez BACH FILMS, avec une très bonne cette copie. Belles couleurs, master très propre, belle luminosité et définition.






Du même réalisateur :