RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Cliquez pour noter..


Dans une région montagneuse et isolée des États-Unis, cinq jeunes moniteurs du Camp Motega assassinent Talvinder, l'une des leurs qu’ils jugent comme une mauvaise personne et cachent sa dépouille dans les bois environnants. Devenus désormais plus âgés, ils décident en plein hiver de retourner sur les lieux de leur crime cinq ans plus tard afin de se débarrasser définitivement du corps et de détruire les preuves de leur méfait car un projet de construction est prévu à l'emplacement même de la sépulture de la jeune monitrice et risquerait de les compromettre. Mais rien ne se passe comme prévu car le camp est désormais fermé et est devenu une sorte de communauté spirituelle pacifique et végétarienne, le cadavre n’est plus à sa place et surtout, une personne au visage masqué commence à s'en prendre à l’ensemble du groupe tout en les isolant davantage. Y aura-t-il un survivant dans ce coin perdu cerné par la neige ?




L'AVIS :

Après avoir bien pompé le script du "Scream" de Wes Craven dans la première saison, les scénaristes (dont Aaron Marin déjà présent lors de la précédente aventure) adaptent ici à leur sauce le pitch de "Souviens-toi l’été dernier" avec une bande de jeunes d’une vingtaine d’années retournant sur les lieux d’un crime commis cinq ans avant afin de récupérer le corps et de le faire disparaître. Très mauvaise idée car là-bas, ils feront la connaissance d’une communauté avec laquelle ils devront cohabiter, mais surtout, un tueur masqué commencera à décimer tout ce beau monde et semble au courant du meurtre commis cinq années auparavant !

Alors certes, on a là tous les éléments qui caractérisent tout bon slasher qui se respecte : des jeunes, un camp abandonné ou isolé dans un environnement hostile dont il est impossible de repartir et toute une liste de suspects. Ça sent forcément le carnage ! Et on peut dire qu’en la matière, les téléspectateurs ne vont pas être déçus car cette saison est beaucoup plus trash que la précédente et ce, même si Jason Voorhees n'est pas dans les parages ! De l’éventration, de l’écrasement à Jet Ski, de la torture au couteau, de l’écorchement, une balle dans la tête tirée à bout portant, de la lapidation à jets de pierres, de l’immolation par le feu et même un viol à sec homosexuel sont, entre autres joyeusetés, au programme des festivités sanguinolentes ! Cela sera d’autant plus appréciable par les fans de viande et tripailles que le quota d’au moins un mort par épisode est respecté !



Autre bonne nouvelle, on n'aura pas trop de clichés inhérents au genre avec des protagonistes stéréotypés à mort comme : la bimbo sexy, le sportif costaud, le nerd pas sûr de lui, l’intello de service sympathique, servant habituellement de chair à canon. Ici, même si on voit nos personnages jeunes, cela ne durera pas trop longtemps et on les retrouvera vite âgés d’environ vingt-cinq ans afin de dissimuler leur erreur de jeunesse, seulement voilà comme ils sont aussi stupides qu’avant, ils reviennent sur les lieux cinq ans après. Il faut quand même être sacrément idiot ! En même temps, il n’y aurait pas eu de série !

S'agissant d'une sorte de huis clos en milieu enneigé où l’ambiance est construite avec de nombreux flashbacks servant à découvrir la personnalité de chacun des personnages, la série est ainsi beaucoup plus passionnante que la précédente, même si les retours en arrière sont disséminés avec une parcimonie homéopathique car il faut quand même tenir 8 épisodes ! Au départ on éprouve de l'empathie pour une bonne partie des protagonistes mais plus on avance et plus on se rend compte à quel point ce sont de véritables ordures car les gens ne sont finalement pas ce qu’ils disent être et ce, même au sein de la communauté de vegans ! Du coup, l’horrible allumeuse calculatrice victime de nos cinq complices n’était peut-être pas la plus horrible des personnes ! Tout le monde porte finalement un masque si bien qu'au bout d'un moment, le tueur passe presque pour un gentil justicier et l’on a alors envie d’en voir disparaître certaines dans d’atroces souffrances !



Si certains personnages sont bien construits d’un point de vue psychologique avec un background bien défini, d’autres, en revanche, voient leur portrait peu ou pas brossé, ce qui fait peser sur eux tous les soupçons quant à l’identité du serial killer et pourrait être dommageable quant au bon déroulement de la saison et sa totale appréciation. Notons également que parmi les membres du casting, on retrouve notamment Leslie Hope (vue dans un nombre incalculable de séries dont "24 heures chrono" et "The strain"), mais aussi pas mal d’acteurs de la saison précédente interprétant d’autres rôles dont Dean McDermott et Christopher Jacot, toujours très bons.

La révélation finale n'a absolument rien d'original car a déjà été vue pas mal de fois dans des films ou séries de genre mais elle aura le mérite de faire sourire car on ne s'y attendait pas et surtout de faire travailler nos méninges car elle nous fera chercher dans nos mémoires, pas toujours très alertes, les moments visionnés qui auraient pu trahir ce dénouement. La scène finale, en ce qui nous concerne, n’est pas vraiment utile et n’apporte rien à la deuxième saison dans son ensemble.

Au final, cette seconde saison constitue un divertissement tout à fait honnête à l’approche des fêtes d’Halloween pour tous ceux qui auraient besoin de leur petite dose d’hémoglobine. Certes, elle n’est pas tout le temps très fine quant à l’intention de ses personnages et à propos de la mort de certains, mais elle délivre le principal : du bon gore des familles ainsi que des morts à chaque épisode dont le "Scream" de MTV devrait fortement s’inspirer !






4/6 - Vincent Duménil