RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Cliquez pour noter..


Lors de la nuit de la Purge, quatre individus d’horizons différents se retrouvent liés de près ou de loin jusqu’à l’année suivante, soit jusqu’à la prochaine Purge. La série s’attardera donc sur les 364 jours séparant les deux nuits meurtrières…




L'AVIS :

Non contente de prendre le parti de changer tous ses personnages pour nous en proposer de nouveaux, cette seconde saison de The Purge, la série s’intéresse aux conséquences de la Purge en posant et développant de multiples interrogations légitimes : que se passe-t-il après chaque Purge ? Comment les participants (aussi bien les « purgeurs » que les rescapés) sont-ils affectés par cette nuit de cauchemar qui a lieu le même jour tous les ans ? Comment ces derniers reprennent leur vie de tous les jours ? Est-ce que certains planifient leur(s) futur(s) meurtre(s) pendant une année entière alors que d’autres (a priori « les purgés ») préparent une potentielle vengeance pendant un an ? Enfin, comment la société, les forces de l’ordre, les médias mais également l’Etat réagissent-ils par rapport aux actes commis pendant cette journée où quasiment tout est permis côté violence ?

Ainsi, les nouveaux épisodes tenteront de répondre à ces questions en présentant de nouveaux protagonistes ayant chacun subi des traumatismes distincts lors de ces douze heures d’évacuation d’émotions négatives et de brutalités en tous genres non-stop. On les suivra donc pendant la Purge, ainsi que pendant une année jusqu’à ce que 365 jours après, tout recommence, avec ou sans changement notable, selon chacun, son ressenti et son évolution par rapport à l’événement.



On observera dès lors de très près les mésaventures de Marcus Moore, un médecin sur qui pèse un contrat de mort sans qu’il ne sache pourquoi et dont la vie a basculé après qu’un assassin ait pénétré sa demeure. Il va alors chercher corps et âme à connaître l’identité de celui ou de celle qui a voulu le faire exécuter. On fera aussi la connaissance de Ryan Grant et de sa bande d’ex flics organisant des braquages les nuits de Purge et qui en prépare un dernier pour mettre sa maman dans un hospice digne de ce nom et se mettre définitivement à l’abri pour le restant de ses jours. Il y aura également Esme Carmona qui travaille pour les NFFA (Nouveaux Pères Fondateurs de l’Amérique) en tant qu’analyste vidéo et qui se pose beaucoup de questions quant à son métier et les intentions réelles de ses employeurs semblant lui cacher des choses ainsi que Ben Gardner, un jeune étudiant membre d’une fraternité et très perturbé depuis qu’il a réchappé de peu à la mort lors d’une Purge.

Contrairement à la précédente saison qui a fini par trouver son rythme de croisière à mi-parcours, celle-ci démarre sur les chapeaux de roue avec ces quatre récits vraiment dissemblables qui se déroulent et s’alternent sous nos yeux pour peut-être -pour certains- se croiser à un moment donné de la trame générale. Alors certes, certaines sous-intrigues captent plus notre attention comme celle avec Marcus qui recherche avidement qui a voulu attenter à son intégrité physique et qui ira même jusqu’à côtoyer des personnes jugées infréquentables rencontrées via le dark web ou bien encore celle avec Ben, rongé par la précédente Purge lors de laquelle il a réchappé de peu à la mort mais qui va réveiller en lui certaines pulsions malsaines enfouies ne demandant qu’à être stimulées, mais d’une manière générale, même si les deux autres histoires sont moindres, toutes se tiennent et proposent un ensemble plus que cohérent.



Si côté casting, nous n’avons pas trop de têtes véritablement connues, ce qui finalement favorise plus facilement soit l’empathie, soit l’antipathie à l’égard des personnages joués, on retiendra surtout la présence et la personnalité de Joel Allen qui incarne Ben Gardner, le protagoniste qui évoluera le plus face aux événements tragiques vécus et qui présentera deux visages totalement différents d’une année à l’autre, ce qui est vraiment impressionnant et nous montre-là un acteur à suivre à l’avenir !

Côté nouveauté, on assistera, avant chaque générique initial, à de petites séquences sympathiques car elles nous en apprendront plus sur chacun de nos protagonistes ou bien sur les préparatifs de gens lambda juste avant une Purge. Alors même si on pourra être frustré que certaines histoires ne soient pas plus développées à l’écran (cf. par exemple celle avec le groupe de jeunes filles prenant des billets pour les USA afin d’assister en live à une Purge), on aura quand même la chance d’y voir Ethan Hawke dans le rôle de James Sandin, celui-là même qu’il endossait dans le premier film séminal de la franchise !

Si l’ensemble s’enchaîne vraiment pas mal avec quelques petits meurtres croustillants à se mettre sous la dent, on pourra toutefois, comme pour la première saison, être en demande de gore, mais les intrigues tiennent suffisamment en haleine dès le début et certains personnages suivent une évolution tellement intéressante qu’on pardonnera aux producteurs d’être moins généreux en effusions de sang que pour les films de la saga. Seul véritable point faible de cette seconde saison : un dénouement raté avec les immanquables héros sacrificiels américains, dommage ! Mais on visionnera sans problème la saison 3, d’autant que le sort de certains n’a pas encore été totalement scellé !






4/6 - Vincent Duménil