RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION


Auteur
Collectif

Editeur
Delirium

Date de sortie
2015

Nombre de pages
344

Langue
français

Couleur
Non



Votre note: -
Moyenne: 4
(1 vote)


Vampirella est un personnage protéiforme, un vampire issu du monde de l'épouvante, mais également une super-héroïne, une icône féministe aux yeux de certains, le précurseur d'un genre nouveau de bande-dessinée et enfin celle qui a sauvé une maison d'édition à elle seule. Les récits réunis dans ce recueil tracent le cours de l'évolution de Vampirella, de ses fascinants premiers pas jusqu'à son émergence sous la forme d'un titre excitant et novateur...

L'AVIS :

Après "Creepy" et "Eerie", l'éditeur Delirium poursuit son travail d'exhumation de titres cultes de la BD US d'épouvante avec ce premier volume consacré à Vampirella ! La plus sexy des femmes vampires est née en 1969, de la rencontre entre Jim Warren, célèbre éditeur de magazines à qui on doit justement "Creepy" et "Eerie, et de Forrest J. Ackerman, papa de la plus vieille revue consacré au cinéma fantastique, "Famous Monsters of Filmland" ! Tous deux sont fans du film "Barbarella" et l'idée de créer une super-héroïne d'épouvante ne tarde pas à germer dans leurs esprits.

Le premier numéro de Vampirella sort donc en 1969, avec une couverture devenue culte dessinée par Frank Frazetta. Outre l'histoire dans laquelle la vedette est Vampirella, le magazine propose également d'autres histoires d'épouvante, dessinées par divers auteurs. Malheureusement, les 7 premiers numéros du magazine ne séduisent pas vraiment le public, surtout que Vampirella n'est présente que dans les deux premiers numéros, ses créateurs ne sachant en fait pas quoi faire d'elle. Il est vrai qu'à la lecture des deux premiers épisodes, qui sont de plus très courts (8 pages seulement, avec un scénario très faible), l'intérêt du lecteur pour la vampirette sexy n'a pas de quoi être élévé.

Heureusement, un homme, Archie Goodwin, ami de Jim Warren, intervient dès le numéro 8 et repense totalement Vampirella. Il travaille le scénario, introduit un culte démoniaque, un duo de chasseurs de vampires et un magicien. Reste à trouver le dessinateur qui pourra concrétiser cette nouvelle vision et apporter du pep's et du glamour au personnage vedette. Dans un premier temps, Tom Sutton, dessinateur de Vampirella dans les deux premiers numéros, reprend du service. Puis, à partir du N°12, c'est José Gonzalez qui le remplace et avec les scénarios d'Archie Goodman, il va donner ses lettres de noblesse aux histoires de Vampirella !

La présente anthologie nous propose donc un voyage dans le temps, à la fois à la découverte du magazine Vampirella mais aussi de son héroïne-vedette.

Concernant la vampire au bikini rouge dont les formes feraient se réveiller un mort, ce Volume 1 nous offre 9 histoires à dévorer et il est clair que la reprise en main par Archie Goodwin dès le numéro 8 est plus que positive. Si les deux premières apparitions de Vampirelle (N°1 et N°2) semblent être une banale BD pour adolescents boutonneux, à partir du magazine N°8, on est en présence d'une somptueuse saga, intéressante, nerveuse, qui mêle humour, glamour et épouvante dans un savoureux cocktail, qui donne vraiment tout son charme à ces aventures qu'on prend beaucoup de plaisir à lire.

Le reste de ce premier volume est consacré aux histoires qui n'ont pas de rapport avec Vampirella, cette dernière s'invitant toutefois en tant que présentatrice, à la manière de l'oncle Creepy ou de la Vieille sorcière des éditions EC COMIC par exemple.

Ces histoires diverses et variées font la part belles au monde d'héroic fantasy, à la SF et à l'épouvante. Dessinées par divers auteurs, on appréciera le style de chacun et le twist final de chacune des histoires proposées, soit 23 au total.

Pour conclure cet ouvrage, les couvertures originales en couleur des quinze premiers numéros du magazine.

Fidèle à lui-même, l'éditeur Delirium a encore fait du très bon boulot et nous offre un recueil de grande qualité, que les nostalgiques s'empresseront d'acheter.



5/6 - Stéphane Erbisti