Nous sommes le Lun Déc 10, 2018 11:03 pm

Heures au format UTC + 2 heures




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Viva la muerte - Fernando Arrabal
MessagePosté: Mar Oct 31, 2006 7:54 pm 
Hors ligne
Utilisateur courant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Aoû 16, 2006 5:55 pm
Messages: 114
Je viens de voir ce film et j'en suis complètement retournée.
Des images d'une puissance incroyable, avec en plus tout le travail sur la musique et le son qui s'ajoutent pour renforcer la sensation morbide, lancinante.
C'est un film qui prend aux tripes et renvoie à énormément de choses de nos civilisations marquées au fer rouge par le christianisme et ce rapport sado masochiste au monde qu'il a imposé.

Ajouté à ça toutes les visions de guerre, la mort de Garcia Lorca, annoncée en une phrase, déchirante. "Ils ont tué Fédérico Garcia Lorca".

Des scènes crues, violentes, déchirantes, que le petit garçon appréhende dans son monde, au travers de ses visions, dans son petit théâtre de bois aussi.
Le rapport aux parents est aussi très bien exploré, avec le mythe du père disparu trop tôt, la mère traitresse, protectrice et pute en même temps, avec tous ces plans où elle est filmée de façon trop sensuelle, où le petit garçon a avec elle un rapport trop sensuel qui crève l'écran.

Ca n'est pas un film agréable ou divertissant, c'est un film qui fait mal et qui fait aussi ouvrir les yeux, les écarquiller même.

6/6

Et pardon pour cette critique un peu décousue, ce sont des impression à chaud juste après le visionnage du film.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Nov 01, 2006 11:35 am 
Hors ligne
Utilisateur courant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Aoû 16, 2006 5:55 pm
Messages: 114
Après quelques heures de sommeil et de réflexion, voici une critique un peu plus approfondie que celle d'hier.

Viva la muerte est un film qui parle de la violence, au sens très large, de ses manifestations les plus évidentes aux plus subtiles.

La violence évidente c'est les militaires, la guerre, le fascisme. Le film s'ouvre et s'achève sur une voiture emplie de militaires qui crient qu'ils débarrasseront l'Espagne de la vermine rouge, dussent-ils tuer la moitié du pays et Viva la muerte !
Les militaires reviennent par intermittence dans le film, comme une présence lourde et pesante, une épée de Damoclès qui peut tomber n'importe quand, de la même façon qu'ils se sont abattus sur le père pour l'emmener en prison.
Cette violence-là définit un contexte général, qui régit la vie du pays tout entier.

Et puis il y a la violence plus dissimulée des relations familiales, basées sur le sacrifice, le devoir, l'amour conditionnel, la pénitence et la trahison.
Le devoir envers la Patrie, violence évidente, vient peser jusque dans les relations individuelles pour faire les êtres se trahir entre eux, se dénoncer, y compris les plus proches comme mari et femme.
C'est aussi la violence éducative et religieuse, et cette alliance entre la religion (le subtil, l'intérieur) et le militarisme (le manifeste et extérieur) imprègne tout le film, pour mettre en lumière le carcan inextricable dans lequel vit toute une population.
Il n'y a d'autre choix que d'être enchaîné ou mort.

Le symbole de la croix plane et revient sans cesse, martèle le spectateur, lui vrille le cerveau. Il est présent même dans les objets les plus simples, comme un jouet (l'avion envoyé par le père depuis sa prison).
Il n'a de cesse de rappeler ceci, au cas où l'on puisse l'oublier : sacrifice, pénitence, écartèlement.

A un niveau plus subtil encore, la violence ne se contente pas d'opprimer, elle obsède et vient se mêler à quelque chose d'aussi intime et précieux que la sensualité.
Le petit garçon s'éveille à "la chair", il doit avoir dans les 12 ans, c'est l'âge. Il est entouré de femmes dissimulées sous des vêtements noirs et amples, mais diablement sensuelles (et la façon de les filmer insiste largement sur cet aspect).
Ses yeux s'égarent, ses mains aussi parfois, et leur mouvement, même sur les joues ou les yeux d'une mère, fait plus penser à la caresse d'un amant qu'à celle d'un fils.
La mère en retour est tout aussi ambigue, témoin cette scène de bain où elle rudoie Fando et l'instant l'après le caresse, alors que la caméra s'attarde sur sa main, puis sur le visage troublé et interrogateur de l'enfant.

L'amour se teinte de violence, témoin encore cette scène entre le garçon et sa petite copine, rudoiement puis caresse et mots d'amour.

Violence et sensualité, ainsi que leur entremêlement, vont grandissant dans le film, parallèlement dans l'histoire "réelle" et dans les visions de Fando.
Ces visions sont une des composantes essentielles du film, elles traduisent le regard de l'enfant sur le monde extérieur, sa transformation une fois interprété par le monde intérieur.
Visions de plus en plus violentes et explicites, visions de sa mère nue s'offrant aux soldats, visions d'animaux égorgés, de sang ou autres sécrétions qui coulent sans fin.
Le petit garçon tente d'appréhender le monde au travers d'un théâtre de bois, où sont entre autres représentés son père et sa mère. Puis le théâtre ne suffit plus, et les visions l'emportent. Une dernière image du théâtre envahi par les flammes montrant le père pendu vient asséner le paroxysme de la violence, au moment où le fils s'approche de la mort.
Mais le feu purifie en même temps, et le paroxysme fait place à une image de douceur, lorsque sa petite amie vient le sortir de l'hopital pour l'emmener retrouver son père, jusqu'à cette scène quasi finale où on la voit pousser difficilement un chariot avec Fando dessus, chercher la manière de continuer alors qu'elle n'est qu'une petite fille les pieds nus qui pousse un chariot trop lourd pour elle.
Boucle bouclée, amour et souffrance, femme qui se sacrifie.

D'un point de vue plus "technique" maintenant, le film est bâti sur une alternance entre monde réel et visions de l'enfant. Le monde réel est presque noir et blanc, à l'image de ces maisons blanches des campagnes espagnoles, coupées par le noir des robes de femmes. C'est aussi un monde silencieux ou presque.
Les visions sont colorées et bruyantes. Le travail sur le son et la musique est absolument remarquable. Il vient renforcer la puissance de l'image pour créer un univers intime, qui traduit le bouillonnement intérieur d'un enfant qui apprend la vie, à partir des éléments qui lui sont donnés.
Et ces deux visions d'un même monde, bien que très différentes en apparence, sont similaires dans leur aspect cru et réel. Il n'y a aucune distanciation possible, l'auteur ne laisse pas le choix que de plonger dans ce monde ou bien de le refuser. Il n'y a pas de demi mesure, c'est un cinéma aussi cru et direct que la vie elle-même.
Voilà peut-etre pourquoi ça fait mal et pourquoi une fois dans l'univers il est impossible d'en sortir. Il n'y a pas de refuge, pas de moment de répit.
Une confrontation brutale et terriblement lucide avec la réalité.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Nov 01, 2006 6:17 pm 
Hors ligne
Posteur fou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Fév 24, 2004 4:25 pm
Messages: 2708
Localisation: au pays des merveilles
:wink: Tout ceci fait vraiment plaisir... après avoir vu The devils et le film d'Arrabal, si tu enchaînes avec Requiem pour un massacre, tu auras largement ton compte :lol: :lol:

VLM est un très grand film, unique, et qui va loin, très loin dans les délires graphiques et le surréalisme malsain...Arrabal oblige :idea:
D'ailleurs, la présence des dessins de Topor au début du film n'est pas innocente, loin de là :arrow:

Inutile de dire que je te conseille fortement le Coffret Arrabal :wink: (j'y pense et pis j'oublie... :shock: )
Et pour les autres c'est pareil :o
http://www.horreur.com/fiche_film.php?idfilm=763
Image

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Nov 01, 2006 7:56 pm 
Hors ligne
Utilisateur courant
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer Aoû 16, 2006 5:55 pm
Messages: 114
Oui, je crois qu'après cette première expérience, convainquante, je vais me faire la totale Arrabal.

Est-ce que les autres sont tous aussi bien ?

Sinon, je note Requiem pour un massacre, jamais entendu parler de ce film, mais je te fais confiance. J'ai l'impression qu'on a quelques goûts communs ;)
Si t'en as d'autres dans le même genre, ou comme Mais ne nous délivrez pas du mal, des films chocs / déviants / graphiques... enfin tu vois ce que je veux dire ;)... hésite pas à balancer les références !

Petite question pour finir : qui est Topor, le dessinateur ? Est-ce qu'il a travaillé avec Arrabal sur tous ses films ? Sur quoi d'autre il a bossé ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Nov 01, 2006 7:58 pm 
Hors ligne
Pervers Polymorphe
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Juil 31, 2005 1:46 am
Messages: 2836
Localisation: Pyong Yang
Encore un film que je n'ai pas vu :oops:

Vu la critique c'est une faute de goût .


En passant, j'aime beaucoup la critique. :wink:

_________________
"Les idées du Juche se résume à ceci : le peuple est le maître de la révolution et du développement du pays et a les capacités à les promouvoir. Ces idées reposent sur le principe philosophique selon lequel l'homme est maître de tout et décide de tout. Les idées du juche présentent une conception du monde axée sur l'homme et une philosophie politique visant à réaliser la souveraineté des masses populaires" Kim Il Sung


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Nov 01, 2006 8:27 pm 
Hors ligne
Posteur fou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Fév 24, 2004 4:25 pm
Messages: 2708
Localisation: au pays des merveilles
mysterygirl a écrit:
Oui, je crois qu'après cette première expérience, convainquante, je vais me faire la totale Arrabal.

Est-ce que les autres sont tous aussi bien ?

Sinon, je note Requiem pour un massacre, jamais entendu parler de ce film, mais je te fais confiance. J'ai l'impression qu'on a quelques goûts communs ;)
Si t'en as d'autres dans le même genre, ou comme Mais ne nous délivrez pas du mal, des films chocs / déviants / graphiques... enfin tu vois ce que je veux dire ;)... hésite pas à balancer les références !

Petite question pour finir : qui est Topor, le dessinateur ? Est-ce qu'il a travaillé avec Arrabal sur tous ses films ? Sur quoi d'autre il a bossé ?


Allez, on respire :lol:

* Les deux autres films d'Arrabal, c'est L'arbre de Guernica et J'irais comme un cheval fou : pas vu encore, mais d'après ce que j'ai entendu dire, c'est du même acabit que VLM.

* Requiem pour un massacre est l'un des plus grands films chocs sur les horreurs de la guerre. Le genre de film où on en ressort vraiment secoué...une référence absolue, mais pas super-accessible (par son style et par sa violence...). Un film choc indispensable, au même titre que The devils, Salò, Pixote, Viva la muerte et j'en passe :wink:
Ma fiche ici (et je conclue ce Hs : le topic du film arrivera sous peu incessamment)http://www.horreur.com/fiche_film.php?idfilm=798

* Roland Topor est l'un des plus grands dessinateurs Trash :wink: Très porté sur la violence, le sale, le grotesque, la scatophilie...il a fréquenté longuement Arrabal et Jodorowsky, normal donc :mrgreen:
Il s'en sort très bien côté plume (il a écrit, entre autres, Le locataire chimérique, et j'ai lu son Cuisine cannibale qui est :shock: euh... :hihi2: ), et au cinoche, il a collaboré très étroitement avec La planète sauvage et Marquis...et pis c'est l'un des piliers de Téléchat et Palace :) http://www.horreur.com/forum/viewtopic.php?t=7540

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Nov 01, 2006 9:50 pm 
Hors ligne
Pervers Polymorphe
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Juil 31, 2005 1:46 am
Messages: 2836
Localisation: Pyong Yang
Roland Topor a aussi collaboré à " La planéte sauvage " De rené Laloux.

Il aussi dessiné des affiches de films comme :
Image

Image

Deux trés grands films


Et aussi participé à " Merci Bernard ", une série qui passait sur FR3 dans le temps

_________________
"Les idées du Juche se résume à ceci : le peuple est le maître de la révolution et du développement du pays et a les capacités à les promouvoir. Ces idées reposent sur le principe philosophique selon lequel l'homme est maître de tout et décide de tout. Les idées du juche présentent une conception du monde axée sur l'homme et une philosophie politique visant à réaliser la souveraineté des masses populaires" Kim Il Sung


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Nov 01, 2006 10:08 pm 
Hors ligne
Posteur fou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Fév 24, 2004 4:25 pm
Messages: 2708
Localisation: au pays des merveilles
CAMIF a écrit:
Image


Et plus précisement :
Image

8) :arrow:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer Nov 01, 2006 10:17 pm 
Hors ligne
Pervers Polymorphe
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Juil 31, 2005 1:46 am
Messages: 2836
Localisation: Pyong Yang
Ok exact, je n'avais pas trouvé l'affiche :wink:

_________________
"Les idées du Juche se résume à ceci : le peuple est le maître de la révolution et du développement du pays et a les capacités à les promouvoir. Ces idées reposent sur le principe philosophique selon lequel l'homme est maître de tout et décide de tout. Les idées du juche présentent une conception du monde axée sur l'homme et une philosophie politique visant à réaliser la souveraineté des masses populaires" Kim Il Sung


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun Jan 29, 2007 3:50 pm 
Hors ligne
Posteur fou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Fév 24, 2004 4:25 pm
Messages: 2708
Localisation: au pays des merveilles
Image
Revu hier soir donc et même constat : chef d'oeuvre :arrow:

Cependant il y a une chose à savoir c'est que Arrabal a tourné son film en Tunisie avec des acteurs principalement Tunisiens (français aussi...je pense) ; chose normale vu la situation de l'Espagne, alors Franquiste. Tourner un tel film là-bas tenait du suicide pur et simple ! :lol:

L'interview du dvd est....pas facile d'accés (dira t-on), Arrabal ayant un accent et un vocabulaire français assez médiocre et un comportement justement surréaliste : pendant l'entrevue il joue avec une chaise, boit du vin ou renifle sa chaussure :shock:
:arrow:


Image

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Fév 06, 2007 1:08 am 
Hors ligne
Posteur fou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Fév 24, 2004 4:25 pm
Messages: 2708
Localisation: au pays des merveilles
Bonus pour ceux qui n'ont pas les yeux frileux 8)

* La scène d'introduction avec les fameux dessins de Topor et la chanson Ekkoleg :
http://www.youtube.com/watch?v=Y8UX5pv-4pY

* La scène du boeuf egorgé :

Attention, la scène est deconseillée :
* Aux amis des animaux
* Aux âmes sensibles
* A ceux en train de manger un steak ou une quelconque viande
* A ceux ayant mangés :mrgreen:


Ne venez pas vous plaindre après
:lol:
http://www.youtube.com/watch?v=ukLhAwKMoPg

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Fév 06, 2007 1:36 am 
Hors ligne
The fucking sicko
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Oct 01, 2006 5:34 pm
Messages: 1342
Localisation: In the mouth of madness
pu*ain horrible la scene du boeuf :shock: :cry:

Et encore vu que tu prévenais de la mort d'un animal j'ai pas mis de son car l'image encore ca reste a la limite mais avec du son je peut pas :?

_________________
Image

© Certified newbie of the year


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar Fév 06, 2007 1:03 pm 
Hors ligne
Posteur fou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Fév 24, 2004 4:25 pm
Messages: 2708
Localisation: au pays des merveilles
Fred Vogel a écrit:
pu*ain horrible la scene du boeuf :shock: :cry:

Et encore vu que tu prévenais de la mort d'un animal j'ai pas mis de son car l'image encore ca reste a la limite mais avec du son je peut pas :?


On entend que dalle :wink: juste la musique de la fanfare...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Fév 09, 2007 10:07 pm 
Hors ligne
Posteur fou
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar Fév 24, 2004 4:25 pm
Messages: 2708
Localisation: au pays des merveilles
Trois offres pour le Box de Cult Epics, comprenant donc Viva La muerte, J'irai comme un cheval fou & L'arbre de Guernica
http://www.horreur.com/forum/viewtopic.php?t=7816
http://www.horreur.com/forum/viewtopic.php?t=8053

Le box est zone 0, chaque film à sa version française, et le tout est limité à 4000 exemplaires.
http://www.priceminister.com/offer/buy/17787266/The-Fernando-Arrabal-Collection-DVD-Zone-1.html
http://www.deepdiscount.com/viewproduct.htm?productId=5741521
http://www.sinart.asso.fr/index.php?PHPSESSID=617995160aef0bb4e3a03f1292d07831&recherche=arrabal&submit=Rechercher&genre=&support=&zone=

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven Fév 09, 2007 10:49 pm 
Hors ligne
Serial Insomaniak
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim Mai 08, 2005 9:23 am
Messages: 1164
Localisation: Ici ou ailleurs, l'enfer est tellement vaste...
Fred Vogel a écrit:
pu*ain horrible la scene du boeuf :shock: :cry:

Et encore vu que tu prévenais de la mort d'un animal j'ai pas mis de son car l'image encore ca reste a la limite mais avec du son je peut pas :?


oui en effet O_o, elle me rappelle la première scène de "Carne", le moyen métrage de Gaspard Noé servant de préquel à "SEul contre tous", ou l'on voyais l'abattage d'un cheval...

_________________
Il y a eu: des éclairs, des voix et des tonnerres...
Et la grande Cité...
En trois fût déchiquetée.
Et les villes des Nations s'écroulèrent...
Et les îles s'enfuirent... Toutes!
Et la grande Babylone...
...Armaggedone...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 18 messages ]  Aller à la page 1, 2  Suivante

Heures au format UTC + 2 heures


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 7 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group  
  
Traduction par phpBB-fr.com