RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Sergio Lapel

Scénariste
Noel Anderson

Date de sortie
1999

Genre
troma

Tagline


Cast
Dawn Spinella
Kirk Wilson
Leo Otero
Eric Smith
Amie Chilers...


Pays
Etats-Unis

Production


Musique
Thomas Naunas

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3
(1 vote)
Diana est une artiste peintre. C'est aussi une vampire. Son assistant, Edmond, lui fournit des modèles afin qu'elle puisse peindre des nus pour son exposition. Une peinture spéciale, concoctée avec le sang de ses victimes, qu'elle n'hésite pas à saigner après les avoir dessinées. Edmond n'aime pas son "job" mais il est sous l'emprise de Diana qui menace de le transformer en vampire s'il ne lui obéit pas. Un jour, Edmond rencontre Dee, une prostituée, et tente de l'aider. Mais Diana tombe sous le charme de Dee et la veut pour modèle...



Bon, je suis d'habitude très bon public, trouvant des points positifs à des films que mes camarades rédacteurs trouvent nuls. Mais pour cette production Troma datant de 1999, je ne pourrais rien faire. Drawing Blood est nul. Et il n'y a quasiment rien à sauver.



Les acteurs ne font rien pour sauver le film. Leur prestation est mauvaise, on ne s'attache à aucun d'entre-eux, même si la jeune actrice qui joue le rôle de Diana a un petit charisme pas désagréable (tiens, ca y est, je trouve des points positifs...). Dans certaines scènes censées être comiques (dixit la pochette arrière du dvd), c'est plutôt au ridicule que nous avons à faire. La scène où Edmond repense à la mort de sa mère qui devient vampire étant le sommet de ce ridicule, tellement les acteurs sont pitoyables. Je sais, on est dans une production Troma mais quand même...



Pour ce qui est du gore, l'amateur restera sur sa faim (ou sa soif plus précisément pour un film de vampire...). Quelques morsures et effusions de sang seront bien présentes mais sûrement pas "le bain de sang spectaculaire" promis par la jaquette. Les modèles se mettent bien sûr nues devant la caméra pour un érotisme léger. Mais vraiment rien d'extraordinaire.

Le rythme du film est d'une lenteur soporifique, les scènes de dialogues inutiles sont légions, bref, la touche "avance rapide" de la télécommande vous apparaîtra comme l'invention du siècle !



On pourra néanmoins retenir le fait que le réalisateur a voulu faire de sa vampire, une vampire new-look. En effet, Diana ne craint absolument pas de sortir en plein soleil, peut se prendre des pieux dans le coeur sans sourciller. Comme elle le dit elle-même, "Pieux, gousses d'ail, croix et eau bénite ne servent que dans les films". Un parti-pris intéressant, dommage qu'il ne soit pas au service d'une réalisation digne de ce nom.

Dernière chose, le film est disponible pour 7,90 euros en dvd. Mais attention, il s'agit à mon avis d'une simple copie de Vhs sur ce support, la qualité de l'image étant très mauvaise. A l'image du film lui-même me direz-vous. Une bien grande déception pour un film de la célèbre Troma, qui ne contient quasi aucun éléments qui ont fait sa réputation.








Du même réalisateur :