RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Takashi Miike

Scénariste
Itaru Era

Date de sortie
2001

Genre
trash

Tagline


Cast
Kenichi Endo
Shungika Uchida
Jun Mutô
Shoko Nakahara
Kazushi Watanabe


Pays
Japon

Production


Musique
Koji Endo

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3.7
(14 votes)
Parler et définir un film de Takashi Miike est toujours quelque chose d'assez compliqué tellement l'homme fait figure d'OVNI dans le paysage cinématographique. Incarnant ce que l'on pourrait appeler cette forme de nouvelle vague extrême à la japonaise en y incluant Shinya Tsukamoto (qui joue d'ailleurs dans "Ichi the killer" et "Dead or alive 2"), Miike prône un cinéma personnel, dans le sens où lui seul est capable de nous fourguer des films aussi barrés dans tous les sens du terme. "Visitor Q" est un film de commande par rapport au projet "Love cinema" où le thème imposé était l'amour. Hors, comme tous ceux qui ont pu visionner "Visitor Q", on se dit que Miike a bien une étrange façon de le concevoir. Néanmoins il en demeure quelques réflexions intéressantes.



Le film relate l'histoire d'une famille japonaise banale, enfin, pas si banale que cela. Le père est un journaliste spécialisé dans les reportages genre "reality-show" extrême, mais depuis qu'il s'est fait enfoncer son micro dans l'anus par une bande de voyous, en "live", il n'a plus la cote et s'est fait virer. De plus il couche avec sa fille qui, partie de la demeure familiale, se prostitue depuis. Son fils est le souffre-douleur d'une bande de jeunes qui le martyrise sans cesse, il se venge alors sur sa mère qu'il bat constamment. Sa mère, qui comme sa fille se prostitue, de plus se drogue constamment. Elle n'a d'ailleurs plus de rapports avec son mari.
Un jour le père de cette famille se fait fracasser la tête en recevant un coup de caillou par un étrange homme qui après cette rencontre pour le moins étrange va s'installer chez la famille. Qui est donc cet étrange visiteur qui parle autant qu'un muet, va-t-il réussir à aider cette famille ?



Une question sur laquelle je reviendrai plus tard. Tout d'abord il me semble important de préciser que le tournage a été effectué en DV par soucis financier (difficile d'exploiter un film comme celui-ci en salle) et tourné en 5 jours. Bien évidemment ce n'est pas l'utilisation du DV qui va nous offrir des images splendides et très esthétiques, pour être clair "Visitor Q" est moche, Miike s'accordant quelques expérimentations d'où quelque fois l'impression de voir une vidéo justement de famille. Néanmoins le film n'a pas été tourné n'importe comment sans aucune réflexion, il suffit de se concentrer sur la maîtrise des différents points de vue accordés par Miike pour nous le prouver, et grâce à cela on comprendra l'utilisation astucieuse de ce format.
De plus étant donné les thèmes explorés tout le long du film, cela se marie très bien avec l'aspect trash et crade de la chose. Car comme vous avez pu le constater par le biais de l'histoire "Visitor Q" est un film extrême où Miike amène à son paroxysme tous les thèmes tabous et déviants de ces dernières années, en y apportant une certaine touche d'humour noir. Inceste, nécrophilie, drogue, gore, violence extrême sont donc au programme. D'ailleurs la séquence de nécrophilie est ici traitée amplement à l'humour noir, où le père de famille après avoir tué une amie et en s'auto-filmant, va faire l'amour avec le cadavre. Pendant l'acte, il découvre que la femme mouille mais en fait il s'agit de ses sphincters qui lâchent. De plus il commence à se rendre compte que le corps se rétracte mais trop tard, son pénis est bloqué dans le vagin de la femme.



Le film a t-il donc un sens ? Oui, dans la mesure où malgré le fait que tous ces éléments soient poussés à l'extrême, il en demeure une cohérence et un traitement proches de la famille japonaise, voire même de la famille universelle. Car si ces problèmes sont outranciés, bon nombre de personnes ont pu vivre des situations de la sorte (famille dispersée qui ne se parle plus, violence entre les membres), de plus la situation du garçon qui se fait malmener par ses camarades et qui se venge en quelque sorte sur sa mère, n'est pas un cas isolé et juste fictif malheureusement. On peut même souligner la différence de vision entre le monde des adultes et celui des enfants, un thème cher à Miike et que l'on peut retrouver dans le fameux "Battle royale".
Le thème du film doit répondre à la question de l'amour, comment peut-il donc y avoir de l'amour ici ? Simple, il s'agit de ce fameux visiteur (référence directe et approuvée par le réalisateur du film "Théorème" de Pasolini) qui d'une manière draconienne et complètement barjo (Miike's style) va refaire naître la fraternité et l'amour collectif entre les membres de cette famille. On retiendra le plan final, fort en symbolisme.



Si les nombreux détracteurs de Miike diront que ce film n'est en rien une réflexion, et n'est tout simplement qu'une bande déviante sans intérêt, moi je dirai seulement que Miike a signé encore une fois un film complètement fou, totalement OVNI, nous prouvant qu'il est sans conteste le réalisateur le plus innovant de ces dernières années.



5/6 - Anonymous