RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Joel Reed

Scénariste
Joel Reed

Date de sortie
1976

Genre
troma

Tagline


Cast
Seamus O'Brien
Viku Krem
Luis de Jesus
Niles McMaster
Dan Fauci
Allan Delay...


Pays
Etats Unis

Production


Musique
Michael Sahl

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 3
(6 votes)
Sardu, aidé de son assistant nain Ralphus, dirige un étrange théâtre du macabre. Il présente à ses spectateurs des scènes de violences et de tortures ultra réalistes et très sanglantes, effectuées sur de jeunes femmes exhibées nues. Des jeunes femmes qui ne serviront qu'une fois dans le spectacle, puisqu'elles sont réellement mises à mort sur scène ! Sardu va se heurter aux critiques négatives d'un journaliste. Celui-ci va se faire kidnapper par Ralphus et découvrir les horreurs qui se passent dans le théâtre...



Quel spectacle ! "Blood Sucking Freaks" fait partie de ces films hors-norme qu'on ne voit pas tous les jours. Ca démarre d'entrée de jeu pour ne s'arrêter qu'avec le mot "fin". Dès le générique, on est plongé dans un univers de folie, de sado-masochisme, où la femme n'est qu'un objet que l'on peut humilier, torturer, démembrer, fouetter à loisir afin de satisfaire les pulsions inavouables des spectateurs. Spectateurs du film mais également de ceux qui viennent assister aux représentations du théâtre macabre de Sardu.



Sardu, parlons-en un peu puisqu'il est le personnage central du film. Voulant absolument être reconnu des critiques pour son talent,
Sardu imagine donc diverses tortures en faisant croire que tout n'est que théâtre aux spectateurs de son "show" comme il l'appelle. Possédant un vaste réseau de traites des blanches, il se sert de cette chair fraîche pour ses spectacles, imposant sa domination absolue par des traitements inhumains (tortures, privation de nourriture…). C'est un personnage complètement fou, qui n'hésite pas à subir lui-même des punitions comme le fouet, confortant ainsi l'idée que nous sommes bien dans un univers sadomasochiste. Sardu utilise ses esclaves comme table de salon ou permet à son nain de les monter comme un cheval. Tout le monde l'appelle d'ailleurs "maître".



Le film n'est guère avare en séquences chocs et on prendra un plaisir malsain à suivre les méthodes peu orthodoxes de Sardu et de Ralphus. Écrasement de doigts, compression du crâne, démembrements, écartèlement, décapitation et autres joyeusetés sont au programme. Certes, le effets spéciaux sont un peu rudimentaires mais qu'importe, la folie des acteurs fait oublier ce léger détail. On n'oubliera pas de sitôt le personnage du docteur non plus! Appelé par Sardu pour soignée une des pensionnaires, le docteur, en échange de son silence, va avoir droit de "s'amuser" lui aussi. Et on découvre un personnage encore plus fou que Sardu et son assistant, laissant libre court à ses pulsions de tueur dans une séquence qui atteint des sommets. Une pauvre femme va donc subir les assauts de ce psychopathe : arrachage de toutes les dents, rasage des cheveux puis perforation du crâne avec une perceuse avant d'enfiler une paille pour boire le liquide sanguin! Il faut le voir pour le croire!!



Bref, Troma nous livre un film complètement fou, original, malsain à l'extrême mais terriblement jouissif, où l'érotisme est omni-présent également! Aurions-nous en secret envie de faire partie de l'équipe de ce petit théâtre du macabre?? Allez, entrez vous aussi chez Sardu, vous n'attendez que ça...

Ralphus, interprété par Luis de Jesus, a joué un Ewok dans le Retour du Jedï.






Du même réalisateur :