RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 2.7
(6 votes)
Un ouragan s'empare de Los Angeles. Des milliers de requins s'abattent sur la ville et terrorisent la population.



Ils n’ont donc aucune limite : plusieurs mois après avoir été annoncé, Sharknado est donc enfin arrivé. Bizarrement, le film n’a pas beaucoup fait parler de lui avant sa diffusion, contrairement à ces cousins "Sharktopus" ou "Mega shark vs giant octopus" par exemple, attirant même moins de spectateurs que la moyenne habituelle de SyFy pour sa première diffusion. Il faudra justement attendre ce passage à la télé pour qu’enfin internet se réveille et, par le biais des réseaux sociaux comme Twitter et Facebook, ne s’extasie à retardement pour Sharknado.

Mais votre humble serviteur connait la chanson. Des films animaliers avec des concepts déments, mais qui n’accouchaient que d’une souris, il en a vu avec SyFy et The Asylum. Oh oui, du "Sharktopus", du "Dinoshark", du "Mega shark vs crocosaurus", c’était génial sur le papier, mais qu’est-ce qu’on s’emmerde quand on doit passer 1h30 devant ! Alors une tornade avec des requins, franchement, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre…mais on va quand même jeter un œil. Pas par plaisir personnel, mais parce qu’il faut bien vous informer, non ? NON ?



Résultat des courses : ce n’est hélas pas aussi délirant que ce qu’on pouvait espérer, mais on s’en doutait un peu. En revanche, c’est un peu meilleur que tout ce que l’on pouvait craindre, et c’est déjà pas mal. Mais autant vous le dire tout de suite : si vous attendez avec impatience la fameuse sharknado, vous en serez pour vos frais : elle apparaît rapidement en début de film, avant de disparaître jusqu’au dernier acte ou, comme d’habitude, tout le monde se lâche enfin.

Pour nous faire patienter, Sharknado nous ressort le bon vieux tsunami. On connait déjà, avec "Malibu shark attack" ou "Bait", mais cela donnera quelques scènes bien réjouissantes puisque les requins vont pouvoir attaquer dans la rue, ou même s’introduire dans les maisons ! L’occasion parfaite pour nous offrir les pires effets spéciaux vus depuis longtemps chez Asylum et SyFy, avec ce mélange toujours exquis entre numérique au rabais, requins en carton et divers stock shots, le tout avec un sens du montage particulier, nous permettant d’admirer des changements de météo, d’heure voire de lieux dans la même scène !



Une chance, les requins sont plutôt gourmands et les attaques nombreuses. Pourtant, ils ne pourront rien face à Ian Ziering (vous l’aviez peut-être connu à l’époque de Beverly Hills, mais l’avez-vous vu dans "Tyrannosaurus Azteca" / "Aztec Rex" ?), surfeur et propriétaire de bar prêt à tout affronter pour secourir son ex-épouse et leur fille, le tout en sauvant un bus rempli de gamins ! Et puisque SyFy et Asylum sont doués pour nous ressortir quelques has-been, il est accompagné de Tara Reid (American Pie, "Alone in the dark") et de John Heard (mais si, souvenez-vous, le papa de Macaulay Culkin dans Maman, j’ai raté l’avion !).

On sort donc tous les clichés (devinez ce qui arrive au nouveau copain de l’ex de Ziering ?), on nous balance quelques scènes de bravoure impossibles, pour nous faire patienter jusqu’à, enfin !!!, la fameuse tornade aux requins. Une tempête qui balance des squales un peu partout, ce qui leur permet de se jeter sur leurs victimes en venant du ciel ! Le film vire enfin dans le grand n’importe quoi, détourne des répliques de Les Dents de la mer (« we’re gonna need a bigger chopper ! »), détruit les tornades à coups d’explosifs et voit Ziering tronçonner au vol les requins lui fondant dessus !



Hélas, le film ne sera pas toujours aussi jouissif et, s’il est plus rythmé que beaucoup d’autres productions SyFy et Asylum, le délire auquel on assiste sur quelques scènes n’est hélas pas toujours présent. Sharknado est donc en-dessous de ce que son concept laissait entrevoir, mais reste bien moins pénible à suivre que d’autres productions du même genre. A réserver néanmoins aux amateurs de ce genre si particulier…Notez enfin qu’une suite est déjà prévue, et devrait se dérouler à New York.








Du même réalisateur :

SHARKNADO 2