RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Réalisation
Domiziano Cristopharo

Scénariste
Andrea Cavaletto

Date de sortie
2018

Genre
torture porn

Tagline


Cast
Chiara Pavoni
Chris Milewski
Simone Tolu
Emanuele Delia


Pays
Italie

Production


Musique
Antony Coia

Effets spéciaux



Votre note: -
Moyenne: 4.5
(2 votes)
Un homme se retrouve entièrement nu, attaché sur une chaise, dans une sorte de cave abandonnée. Face à lui, un fauteuil dans lequel est assise une femme dont une partie du visage est cachée par sa chevelure. Elle est équipée d'une petite caméra HD et va filmer le calvaire de l'homme attaché, qui va se faire torturer par un junkie sous l'emprise de drogues...



L'AVIS :


Depuis 2009, le réalisateur italien Domiziano Cristopharo tente vaille que vaille de redonner ses lettres de noblesse au film d'horreur italien justement. Après House of Flesh Mannequins, "Hyde's Secret Nightmare", "Doll Syndrome", The Transparent Woman, Virus: Extreme Contamination, POE 4: The Black Cat, "A Taste of Phobia" ou The Obsessed entre autres, il poursuit son chemin dans l'horreur underground avec Xpiation, son dernier film en date. Huis-clos avec trois personnages principaux, Xpiation est à la fois un torture porn et un rape & revenge, qui va nous proposer d'assister à la torture d'un homme durant 73 minutes environ. Les trois protagonistes sont donc cet homme, un jeune latino tatoué qui se retrouve en bien fâcheuse posture sans qu'on sache pourquoi pour le moment ; une femme habillée avec classe, qui va filmer chaque séance de torture avec sa petite caméra HD ; un drogué accroc au LSD et autres substances illicites, apparemment recruté par la femme pour commettre les sévices sur le latino en échange de drogues et d'un peu d'affection.



Le début du film ne nous donne aucun autre indice sur le pourquoi du comment. Qui est la victime, pourquoi se retrouve-t-elle ici, pourquoi va-t-on lui infliger ces multiples sévices et dans quel but ? Qui sont ses tortionnaires ? La femme fait-elle ça par pur plaisir sadique d'être une voyeuse ou a-t-elle une raison valable d'être ici et d'obliger le drogué à torturer le latino ? Toutes ces réponses trouveront petit à petit des réponses, à travers quelques flashbacks, et principalement lors de la dernière scène, qui viendra tout expliquer. Pour le reste, avouons qu'Xpiation ne raconte pas grand chose et que son scénario tient sur un ticket de métro, bien que dans les interviews qu'il donne, Domiziano Cristopharo déclare que son film est une métaphore du fascisme qui reprend malheureusement ses droits dans son pays, terreau fertile pour l'extrême droite. Honnêtement, ça ne saute pas aux yeux durant la vision du film mais si le réalisateur le dit, c'est que c'est vrai. Ce qu'on retient du film, c'est tout de même son aspect torture porn, bien plus que son aspect politique. Le calvaire du jeune latino, interprété par Emanuele Delia, ne plaira pas aux âmes sensibles même si, pour ma part, je n'ai pas été foncièrement choqué par les images présentées.



Même si Xpiation fait partie de la catégorie horreur extrême, on est quand même assez loin du réalisme cru et des effets-spéciaux écœurants de American Guinea Pig par exemple. Néanmoins, ne faisons pas la fine bouche et apprécions ce que le spectacle nous propose : gifles et coups de poings divers, visage lacéré au couteau, peau frotté avec une éponge en limaille de fer, lacérations cautérisées au fer à repasser, acide versé sur le visage et un écrasement de testicules à grand coups de marteau feront partie des réjouissances proposées. Les petites natures arrêteront rapidement la vision du film quand les amateurs de violence cinématographique extrême resteront un peu sur leur faim tout en appréciant le divertissement. La mise en scène fait le job, sans chercher à se montrer innovante ou imaginative. La caméra scrute le bourreau et sa victime ou se focalise sur l'attitude contemplative de la femme, jouée par la plantureuse actrice Chiara Pavoni, qui n'hésitera pas à exhiber son imposante poitrine.



Le jeu des acteurs est assez théâtral dans l'ensemble et on se doute que le budget n'a pas été très élevé. Les effets de maquillage tiennent la route en tout cas la plupart du temps, et Domiziano Cristopharo a des idées à revendre, comme lorsqu'il filme son drogué reproduire les gestes qu'il vient d'effectuer sur le latino mais sans le latino à l'écran, comme si tout ne se passait que dans sa tête, ce qui intrigue le spectateur qui se demande si le latino et la femme existent réellement ou si le drogué n'est pas victime d'hallucinations. Il en va de même avec deux hommes qui viennent regarder le spectacle et qui prennent l'apparence de deux démons joliment maquillés, ce qui sème aussi le trouble dans notre interprétation des événements qui nous sont montrés. Mais rien de surnaturel au final, le dernier flashback vient rationaliser tout ce qu'on a vu et le film se pare alors d'un girl power salutaire et bien mérité. Xpiation est-il un film féministe ? On peut répondre oui à cette question puisqu'on n'a en fait, ni plus, ni moins, que le passage à l'acte par procuration d'une femme qui a souffert depuis son enfance et qui en a marre d'être la victime des machos de tout bord.

Disponible en Bookbox DVD chez TETRO VIDEO (film proposé avec sous-titres français)