RDV SUR FACEBOOK



CONNEXION



Votre note: -
Moyenne: 6
(1 vote)
Durant la Guerre Froide, des expériences secrètes avaient été menées en Russie pour créer des super-soldats. Quatre humains ont ainsi été transformés génétiquement et ont développé des pouvoirs surhumains, tout comme leur créateur qui, lui, a été irradié par mégarde alors qu’il devait être jugé pour ses actes barbares. Aujourd’hui ce scientifique a décidé de se venger et d’anéantir le Monde. Nos quatre super-soldats génétiquement modifiés vont alors affronter ce redoutable ennemi pour sauver la Terre.



L'AVIS:

"Guardians", voici un film dont vous avez probablement entendu parler. Venu de Russie, ce dernier devait être à la base un gros concurrent aux films de super-héros à la Marvel ou à la DC Comics mais voilà... Le film a été un semi-échec, récupérant au passage une pléthore de critiques négatives dans son pays comme à l’international.

Alors oui quand on lit le titre du film et son résumé, nous pensons forcément à certaines petites troupes de super-héros comme les X-Men et les Avengers (chaque personnage ayant des pouvoirs qui lui sont propres) mais bien évidemment aussi au film "Les gardiens de la galaxie".
Mais comment se situe-t-il par rapport à ces quelques films de super-héros ? La réponse dans les paragraphes suivants...



Ne tournons pas autour du pot et rentrons d’emblée dans le vif du sujet et intéressons-nous quelques instants au scénario du film. Car oui c’est bien là où le bât blesse...
Doté d’une histoire guère palpitante, pour ne pas dire quasi inintéressante (classique au possible, manichéen comme nous en avons vu et revu déjà par le passé depuis les films post-"Spiderman" de Sam Raimi), "Guardians" semble vouloir briller dans la médiocrité scénaristique. Ennuyeux, répétitif (les combats se ressemblent pour beaucoup notamment), bêbête par moments (oui, rien n’est fignolé et tout semble fait à la va-vite avec comme cimentation entre les chapitres des dialogues creux et sans grand intérêt), l’histoire parvient même à nous perdre quelque peu sur la fin avec un gros foutoir dans l’intrigue, mêlant physique et électronique à s’emmêler un peu les pinceaux...

Bref, vous l’aurez compris aisément dans le paragraphe précédent, il ne faut surtout pas chercher ici le scénario du siècle (mais bon, ce n’est pas vraiment ce que l’on cherche dans un film dit « de super-héros », tous ne ressemblant pas à des "Watchmen" par exemple...) mais plutôt de l’action car le film semble surtout vouloir tout miser sur les effets spéciaux et la dynamique des combats manichéens au détriment d’une histoire séduisante.

Dès l’introduction avec ces expériences durant la Guerre Froide sous fond de musique clairement inappropriée, nous avions en effet compris que nous allions assister à un film bancal, où perte de crédibilité - et donc d’efficacité - serait de mise.
Une médiocrité qui ne se ressent pas uniquement dans le scénario comme nous l’avons vu juste avant, mais également dans la galerie des personnages.

Car là aussi nous avons notre lot de déceptions : les personnages sont creux, manquent indéniablement de profondeur, et distillent des dialogues à la limite de la stérilité.
Nous avons droit à un méchant au physique imposant, tout de muscles et d’armatures (une sorte de croisement entre Bane de "The dark knight rises" et un super-vilain tout droit sorti de l’univers de "Mad Max 2 - le défi") mais qui malheureusement n’a pas un grand charisme.
De l’autre côté, face à ce grand méchant qui ne restera pas dans les annales du cinéma fantastique, nous avons les fameux « guardians » (pourquoi les appelle-t-on comme cela en fait ?...) auxquels on ne s’attache pas... Ils ont beau revenir sur leur passé, raconter leurs problèmes personnels, en fait nous nous en foutons royalement et aucune empathie ne se manifeste dans ces séquences pseudo-émotionnelles... Je vais paraître un peu direct mais soyons clairs : ils pourraient crever les uns après les autres, on s’en moquerait éperdument...



Pourtant nos quatre « guardians » avaient des spécificités plutôt sympathiques (l’un d’eux peut se transformer en ours, un autre se déplace à une vitesse éclair en découpant ses ennemis à l’aide de grandes lames, un autre encore fait de la télékinésie avec des pierres et enfin la femme de l’équipe a la possibilité de disparaître sous l’eau et de réguler elle-même sa température pour devenir thermorésistante). Un bon point donc mais englué dans des soucis d’écriture navrants...

Restent cependant des effets spéciaux de haute volée pour certains (tandis que d’autres souffrent d’une numérisation trop présente). Un résultat en demie-teinte mais dans l’ensemble c’est plutôt séduisant du côté des SFX. Allez, enfin un vrai bon point malgré quelques ratés par moments que nous pardonnerons : avec un budget d’environ 5,5 millions de dollars, ce n’est pas mal du tout d’un point de vue graphique !
Les décors sont également plutôt convaincants (des beaux paysages citadins en proie à des explosions et des chutes de bâtiments...) et offrent ici de sympathiques séquences catastrophe dirons-nous.

Concernant le côté action du projet, nous trouvons dans "Guardians" quelques combats à mains nues et quelques fusillades plutôt bien orchestrées. Malheureusement, comme déjà dit précédemment, les scènes de combat sont un brin répétitives et le combat final s’avèrera même peu séduisant et franchement bâclé ([spoiler] : Ah bah oui on a qu’à assembler nos pouvoirs pour le battre en 2-3 minutes ce fichu super-vilain !)



Inutile d’aller bien plus loin dans le décorticage de ce film tant les défauts sont nombreux, que ce soit dans l’histoire en elle-même (mal écrit, peu crédible, ennuyeux, répétitif : tant d’adjectifs pour qualifier le scénario du film par exemple) ou dans les personnages (peu intéressants, guère attachants).
Restent toutefois quelques bonnes scènes de combats (bien que répétitives) et de nombreux effets spéciaux réussis (mais pas tous hein !) qui parviennent à éviter le naufrage de ce film de super-héros en provenance de Russie, c’est déjà ça !

Et dire que la fin du film laisse présager une ou plusieurs suites... Hum hum...


Bande-annonce :










Du même réalisateur :